Sous le signe jaune
top rpg
TOP 50 Rpg
Clique ici pour la musique d'ambianceOu iciDéveloppement toujours en coursRoleplay [ON] !Samedi 12 octobre - 26 octobre 1957Partenariat ouvert
A savoir
#Le forum ouvre ses portes et le Staff termine le développement ! Bon jeu à tous !
#Merci à N-U pour l'aide apportée à l'esthétique du forum.
#Membres du Staff : Isaac, Lloyd
Contexte
Arkham.
Une ville mystérieuse s'il en est.
En tout cas c'est ce que vous diront nombre d'habitants du Massachusetts qui évitent la ville et ses alentours.
Cela vient peut-être du fait que les deux institutions les plus renommées de la ville soient son asile psychiatrique et l'Université Miskatonic, dont la réputation s'est faite sur la singularité des cursus d'études proposés, comme par exemple l'étude de l'influence des sciences occultes sur le monde.
Mais si vous demandez à un habitant, il vous répondra qu'Arkham est des plus normales, et que les racontards à l'origine des rumeurs qui ternissent son image ne sont que de simples jaloux.
Enfin, c'est-ce qu'ils auraient dit jusqu'à il y a quelques jours. En effet, depuis le lancement de la mission Spoutnik 1 le 4 octobre 1957, une étrange atmosphère règne sur la ville, mais pas seulement.
Vous vous réveillez en sueur, paniqué, durant la nuit du 12 octobre 1957, votre paisible sommeil interrompu par un terrible cauchemar.
Cependant, ce dernier n'était pas comme les autres, tout semblait si réel alors qu'il y avait créatures ailées, monstres sous-marin et démons venus d'outre-monde. Mais le plus terrifiant restait cette voix d'origine inconnue, qui résonnait et résonne encore dans votre tête, elle parlait de destin funeste aux sources incompréhensibles et de magie noire. Elle murmurait, chuchotait et susurrait à votre oreille avec un ton si malsain que chaque mot provoquait inquiétude et dégoût. Les paroles abstruses mettaient en évidence quelque chose bien en particulier, un signe, un don, une marque à la couleur de l'ambre et qui, de part son illumination dorée, était capable de vous donner des pouvoirs surnaturels et de changer le monde.
A votre réveil, vous espérez que tout cela n'était que pure imagination, mais la marque constituée de trois branches distinctes était bien là, sur votre corps. Comment ? Pourquoi ? Vous ne savez pas. Mais une chose est sûre, c'est que dans Fièvre Jaune, les mystères et danger de la ville créée par Lovecraft se dresseront sur votre route.
Êtes-vous prêts à vous plonger dans la sombre Arkham de 1957 ?
Evénements
24/10/1957 Cauchemar collectif.
Evénement intermédiaire, inscriptions jusqu'au 09/06/2016 à 12h00. Vivez la plus terrible des expériences dans vos rêves, à plusieurs. Pour plus d'informations, consultez la catégorie événements !
Fièvre Jaune
LE SIGNE EST SUR VOUS

Partagez | 
 

 13/10/1957 Lawson Hartbinder - Chercher plus loin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 10
Date d'inscription : 27/05/2016
avatar
Le lendemain, Lawson se mit simplement en route pour le département de la Justice, il marcha dans une Arkham peu active, il était encore tôt. Le département de la Justice était l'endroit où il passait le plus clair de son temps, à enchaîner des horaires particulièrement lourdes. Le département était agité par l'évasion du détenu de l'asile, et le procureur général avait pris en main l'affaire, lui laissant le champ libre pour le reste, cette affaire étant prioritaire.

A son arrivée, il entreprit de travailler sur ce qu'il avait de plus urgent à faire. Une fois cela réalisé, il s'affaira à une de ses interrogations en cours. Atticus Finch lui avait bien signifié que plusieurs affaires du même type que ce qu'il avait pu connaître en tant que simple citoyen avaient eu lieu. Attendant de ses nouvelles concernant le liquide ou même l'avis de recherche de son voisin du dessus, il décida de rassembler les enquêtes et dossiers en cours (Et même classé, quand bien même ils soient classés sans suite) présentant des points commun avec l'aide de plusieurs substituts du procureur et de sa secrétaire, la tâche étant particulièrement lourde.

Il en profita pour se procurer le dossier de l'enquête en cours concernant l'affaire de la fameuse bête, ces faits étranges s'enchaînant, il ne pouvait s'empêcher d'y voir une sorte de lien. Cela fait, lui et sa secrétaire - Donna - s'attelèrent à la tâche dans son bureau, épluchant chaque dossier afin de relier les points communs. Lawson comptait bien y passer la nuit si il le devait, de toute façon, le département offrait tout ce qui pouvait s'apparenter à une véritable maison, il carburait au café et ne faisait que très rarement des pauses pour jouer avec ses ballons de basket dédicacés ornant un rebord de fenêtre de son bureau.

Donna et Lawson ::
 

La scène :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-fondateur
Messages : 22
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 21
avatar
Lawson et sa secrétaire épluchèrent méticuleusement de nombreux dossiers ayant un quelconque rapport avec cette fameuse bête dont il avait entendu parler. La pêche n’était au début pas des plus fructueuses, puisqu’elle se résumait aux dossiers des deux meurtres en question et à la plainte d’un vieil homme ayant retrouvé le cadavre de son chien sauvagement éventré. Mais l’attention de Lawson ne pouvait se détacher des événements de la veille, et il attendait avec impatience des nouvelles d’Atticus Finch.

C’est à la pause déjeuner que ses attentes furent comblées. En effet, le juge d’instruction vint lui parler et lui jeta un exemplaire de La Gazette sur les genoux :

« Lis ça. »

En première page, on pouvait voir un article parlant de l’évasion d’un fou de l’Asile d’Arkham, un certain James Neeson, qui se ferait depuis appeler l’Aphauwàng et qui aurait inscrit des signes étranges sur certains murs de la ville.

Avant que Lawson ait finit de lire l’article, Atticus l’interrompit :

« Ces signes que cet homme dessine sur les murs. Ce sont les mêmes que celui que nous avons tous les deux vus chez ton voisin. Il nous faut retrouver cet homme. Il sait peut-être où se trouve Adrian Imateni. »

A la simple évocation de ce signe, Lawson ressentit un nouveau malaise. Il demanda cependant si Atticus avait pu obtenir d’autres informations concernant cette affaire.

« Non, rien de concluant. Nos experts disent n’avoir jamais vu cette matière verte auparavant. A ce propos, les nouvelles vont vite apparemment, puisque quelqu’un de la société Rainstep a entendu parler de cette mystérieuse matière et propose que l’on lui envoie un échantillon pour l’examiner. Quant à ton voisin, il n’y a pour l’instant toujours aucune trace de lui. »

Tour cela ne présageait rien de bon pour le pauvre Adrian. Mais au moins on n'avait pas encore retrouvé son corps sans vie.



( Fiche de la société Rainstep disponible ici )


Dernière édition par Lloyd Denison le Ven 3 Juin - 20:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 10
Date d'inscription : 27/05/2016
avatar
Lawson tint le journal un moment, l'air perplexe. Il releva la tête et reposa son regard sur Atticus Finch, il invita Donna à rester, elle l'accompagnait depuis ses débuts au sein de la magistrature et lui était indispensable. Particulièrement maline, elle dégageait un charisme certain et un air des plus mystérieux. Elle connaissait Lawson sur le bout des doigts et se démenait pour qu'il puisse exercer son travail dans les meilleures conditions, Lawson s'était battu à maintes reprises pour la garder, malgré ses mutations.

" Cet homme est en fuite et le procureur général est sur le coup, laissons-le retrouver l'individu, si j'ai l'occasion, je l'interrogerai une fois qu'il sera appréhendé."


Il jeta un regard vers Donna qui indubitablement attendait la suite, un grand sourire aux lèvres, elle tourna les talons et repartit à son bureau, petite enclave et passage obligé juste devant la porte et les murs vitrés du bureau de Lawson.

"Quant à Rainstep, je doute qu'ils nous proposent cela par simple charité, toutefois, je pense qu'il est temps de profiter de leur intérêt certain."

Il pencha la tête pour regarder derrière son interlocuteur, vers Donna.

"Donna, veux-tu entrer en contact avec eux, cette substance fait aujourd'hui l'objet d'une enquête, et nous ne pouvons en disposer comme nous le désirons, évidemment. Toutefois, ayant joué trop souvent de leur influence dans les hautes-sphères, aucune inspection n'a pu avoir lieu et les rumeurs très controversées à leur propos - Et notamment la question de l'armement - font obstacle à une quelconque entraide.

Il ajouta,

Enjoignons-les de se soumettre à une inspection complète de la tour, y compris les locaux de ce très cher Brad Rainstep, et nos services seraient peut-être enclins à collaborer avec leurs chercheurs, la substance restant sous contrôle de nos autorités et les analyses étant faites en présence de plusieurs membres de nos services. A ces conditions je suis prêt à tolérer un léger écart."

Donna se contenta d'hocher la tête, avant d'ajouter un léger "Déjà en cours de rédaction", elle et l'adjoint du procureur avaient eu la même idée, ce qui arracha un mince sourire sur les lèvres d'Atticus Finch, détendant son visage austère. Après quoi Lawson se leva, il avait besoin d'un café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-fondateur
Messages : 22
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 21
avatar
Lawson et Atticus discutèrent encore un peu de cette affaire, puis le juge d’instruction fournit à son ami une copie du dossier concernant la disparition d’Adrian Atemi avant que tous deux se remettent au travail.

Après avoir rempli au préalable l’ensemble des documents qui pourraient être nécessaires, Donna annonça à Lawson qu’elle allait s’occuper de contacter la société Rainstep. Elle lui laissa donc les dossiers concernant les affaires qu’ils étaient en train d’éplucher et quitta le bureau.

Lawson se replongea dans ces dossiers, cherchant quels détails auraient pu leur échapper. Concernant l’histoire de cette mystérieuse bête, il n’y avait décidément rien de nouveau. Il ouvrit donc le dossier fourni par Atticus et tomba sur une photo de la marque peinte au mur de l’appartement d’Adrian. Il la fixa un instant et ressenti à nouveau cet étrange malaise, ainsi qu’une légère douleur à la fesse droite.

C’est à ce moment-là que Donna revint au bureau. Elle avait l’air perplexe :

« J’ai contacté la société Rainstep, et quand j’ai mentionné leur requête concernant notre mystérieuse matière, ils m’ont assuré qu’aucune demande de ce type n’avait été effectuée et qu’ils ne voyaient même pas de quelle matière je pouvais bien parler. Je me suis donc renseigné sur comment cette information était parvenue à Atticus, et il m’a dit que c’était une femme qui, se disant de la société Rainstep, lui avait fait cette proposition. Une certaine Ema Ricurie. »

Elle ajouta :

« J’ai pris l’initiative de réunir toutes les informations que nous avons concernant cette femme. Voici son dossier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 10
Date d'inscription : 27/05/2016
avatar
Lawson haussa simplement les épaules, cela ne faisait que lui arranger la situation. Il posa ses chaussures cirées et impeccables sur son bureau.

"Bien, donc en résumé, nous avons une jeune femme qui se permet de parler au nom de la Société qui l'emploie sans son accord préalable, concernant un liquide qui n'a été vu qu'en la présence des forces de police et de nos enquêteurs, ainsi que des équipes d'analyse.

Il secoua la tête, l'air satisfait,

Etrange, non ?"

Donna leva l'index,

"Dois-je envoyer la convocation pour un interrogatoire dans le cadre de l'enquête ?"

Le procureur adjoint se contenta d'hocher la tête, tandis que sa secrétaire filait transmettre ladite convocation à cette chère physicienne.

"Usurpation d'identité, actions sans l'accord de son employeur, connaissances de secrets restreints à l'enquête, ça devrait suffire, oui."

NB : La convocation contient simplement une injonction de se rendre au commissariat pour un interrogatoire, et concernant une enquête en cours, aucun autre détail n'y est mentionné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-fondateur
Messages : 22
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 21
avatar
Donna s’occupa de cette convocation, et le duo continua pour le reste de la journée à chercher des informations utiles dans les différents dossiers à leur disposition. Cette recherche resta infructueuse jusqu’à ce que Lawson décide qu’ils en avaient assez fait pour la journée.

En rentrant chez lui, Lawson aperçu un de ces signes jaunes sur un mur de la ville. Il ne savait pourquoi, mais il ressentit à nouveau un étrange malaise qui commençait à lui être familier. Fatigué par sa journée, il ne se coucha pas tard ce soir. Mais un dernier détail vint le perturber avant qu’il ne puisse s’abandonner à un sommeil réparateur. Le trou qu’il avait remarqué dans sa salle de bain n’était plus. Il avait simplement cessé d’exister, comme si le mur avait toujours été intact. Il en était pourtant certain, ce trou était là la veille et il avait même vérifié si son poing y correspondait. C’est donc troublé par des questionnements sur sa mémoire et sa santé mentale qu’il finit par s’endormir.

Le lendemain matin, Lawson se réveilla plus tôt que prévu. Le sommeil lui était certainement devenu léger à cause de ses questionnements de la veille. Il vérifia si le trou était présent ou non ne sachant quel tour son esprit lui jouerait aujourd’hui. Pas de trou. Au moins cela était cohérent avec ce qu’il avait vu la veille…

Après s'être rincé le visage pour s'éclaircir les idées, Lawson décida qu’il pourrait utiliser ce réveil prématuré pour aller préparer l’interrogatoire d’Ema Ricurie. Mais quand il arriva à son bureau, alors qu’il s’attendait à être le premier sur les lieux, une silhouette de femme attendait devant la porte du bâtiment.

Quand il s’approcha d’elle, il reconnut la femme qui lui tendit la main, et dont il avait déjà vu la photographie la veille :

« Bonjour Mr. Hartbinder. Je suis Ema Ricurie, mais je suppose que vous le savez déjà. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 10
Date d'inscription : 27/05/2016
avatar
Lawson avait trouvé un peu de réconfort lorsqu'à son réveil, ses souvenirs de la veille correspondaient avec ce qu'il voyait dans sa salle de bain. Il traversa Arkham à pied, désireux de marcher et de prendre l'air. La ville était encore peu agitée, il était tôt. Quelques courbatures demeuraient dans sa nuque et irradiaient un peu partout dans son corps, chose à laquelle il était habitué, la boxe était une pratique régulière qui lui permettait de se détendre et constituait un exutoire particulièrement efficace.

Il mangeait son petit déjeuner sur la route, non pas parce qu'il n'avait pas le temps, mais parce qu'il aimait cela. Ressassant les affaires courantes et ses différents impératifs dans son esprit, resserrant son nœud de cravate, pas assez serré à son goût.

Ses chaussures martelaient la rue alors qu'il arrivait au département de la Justice, laissant un écho qui résonnait dans la rue encore peu agitée. Il leva la tête à la vue de la silhouette et fronça les sourcils. Il tendit la main en retour à la jeune femme et lui adressa une poignée de main puissante.

"Bonjour, Madame Ricurie. Si vous êtes présente aussi tôt, c'est que notre convocation vous est donc parvenue, vous avez sûrement dû y voir l'heure qui, - à moins que ma montre ne me joue des tours - est encore bien loin."

Il lui lâcha la main et l'observa un moment, avec un simple sourire courtois,

"Vous conviendrez que j'ai des affaires à mener et plusieurs choses à faire avant votre convocation, ce pourquoi il était convenu d'une heure, je vous serai gré de patienter."  
[*]

Sur ces mots lâchés d'un ton parfaitement neutre, il entra seul dans le bâtiment, et enverrait quelqu'un la chercher lorsque l'heure de sa convocation serait venue.
Il gravit les étages jusqu'à son bureau et passa le début de matinée à effectivement préparer l'interrogatoire, mais aussi à quelques recherches concernant les différentes affaires qu'il avait pu étudier récemment, attendant inlassablement des nouvelles des différents fronts.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-fondateur
Messages : 22
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 21
avatar
Alors que Lawson entrait dans le bâtiment, Ema essaya de lui parler :

« Vous devriez m’écouter Mr Hartbinder. Ce que j’ai à vous dire ne peut être entendu que… »

Mais Lawson était déjà loin, et il n’entendit pas la suite de cette phrase. De toute façon, il avait donné une heure précise à cette femme pour sa convocation, et elle se devait de le respecter. Si elle avait quelque chose à lui dire, elle le ferait pendant son interrogatoire.

Lawson prépara donc cet interrogatoire tout en attendant des nouvelles. La matinée avança, et alors que ses collègues arrivaient à leurs bureaux, ils n’apportaient aucune nouvelle intéressante. Les forces de l’ordre n’avaient pour l’instant trouvé aucune trace ni de James Neeson, ni d’Adrian Atemi, ni de la mystérieuse bête. C’était à se demander si elles essayaient au moins.

Concernant la bête c’était encore plus étrange car aucune autre victime n’était à déplorer. Si il s’agissait véritablement d’une bête sauvage, elle aurait du réapparaître dans les deux derniers jours. Le comportement ne correspondait pas non plus à celui d’un tueur en série, car dans ce genre d’affaire, la fréquence des meurtres allait généralement en augmentant. Et s’il s’agissait d’un simple meurtrier avec un mobile autre que la pure soif de sang, le lien entre ce dernier, le couple Lewis et la troisième victime restait un mystère pour le procureur adjoint. Cette histoire était étrange. C’était comme si quelqu’un, ou quelque chose, était sorti de nulle part pour tuer et s’était évaporé aussi vite qu’il était apparu.

La seule information intéressante de la matinée fut apportée par Donna. Quand elle arriva au bureau, elle avait elle aussi croisé Mme Ricurie et lui avait demandé ce qu’elle faisait ici si tôt. Cette dernière avait dit qu’elle était venue parler au procureur adjoint, et qu’elle ne parlerait qu’à lui. Mais puisqu’il refusait de la voir plus tôt elle serait obligée d’attendre l’heure de sa convocation, qui de toute façon arrivait à grand pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
13/10/1957 Lawson Hartbinder - Chercher plus loin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» HAÏTI : LES ÉLECTIONS DU 22 SEPTEMBRE 1957.
» Loin des rires... [PV Kilip Jino]
» Plus loin que dans mes Rêves [PV Nuage d'Or]
» Loin des yeux, près du coeur [Aurore]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fièvre Jaune :: Le Monde :: Quartier Nord-Est-