Sous le signe jaune
top rpg
TOP 50 Rpg
Clique ici pour la musique d'ambianceOu iciDéveloppement toujours en coursRoleplay [ON] !Samedi 12 octobre - 26 octobre 1957Partenariat ouvert
A savoir
#Le forum ouvre ses portes et le Staff termine le développement ! Bon jeu à tous !
#Merci à N-U pour l'aide apportée à l'esthétique du forum.
#Membres du Staff : Isaac, Lloyd
Contexte
Arkham.
Une ville mystérieuse s'il en est.
En tout cas c'est ce que vous diront nombre d'habitants du Massachusetts qui évitent la ville et ses alentours.
Cela vient peut-être du fait que les deux institutions les plus renommées de la ville soient son asile psychiatrique et l'Université Miskatonic, dont la réputation s'est faite sur la singularité des cursus d'études proposés, comme par exemple l'étude de l'influence des sciences occultes sur le monde.
Mais si vous demandez à un habitant, il vous répondra qu'Arkham est des plus normales, et que les racontards à l'origine des rumeurs qui ternissent son image ne sont que de simples jaloux.
Enfin, c'est-ce qu'ils auraient dit jusqu'à il y a quelques jours. En effet, depuis le lancement de la mission Spoutnik 1 le 4 octobre 1957, une étrange atmosphère règne sur la ville, mais pas seulement.
Vous vous réveillez en sueur, paniqué, durant la nuit du 12 octobre 1957, votre paisible sommeil interrompu par un terrible cauchemar.
Cependant, ce dernier n'était pas comme les autres, tout semblait si réel alors qu'il y avait créatures ailées, monstres sous-marin et démons venus d'outre-monde. Mais le plus terrifiant restait cette voix d'origine inconnue, qui résonnait et résonne encore dans votre tête, elle parlait de destin funeste aux sources incompréhensibles et de magie noire. Elle murmurait, chuchotait et susurrait à votre oreille avec un ton si malsain que chaque mot provoquait inquiétude et dégoût. Les paroles abstruses mettaient en évidence quelque chose bien en particulier, un signe, un don, une marque à la couleur de l'ambre et qui, de part son illumination dorée, était capable de vous donner des pouvoirs surnaturels et de changer le monde.
A votre réveil, vous espérez que tout cela n'était que pure imagination, mais la marque constituée de trois branches distinctes était bien là, sur votre corps. Comment ? Pourquoi ? Vous ne savez pas. Mais une chose est sûre, c'est que dans Fièvre Jaune, les mystères et danger de la ville créée par Lovecraft se dresseront sur votre route.
Êtes-vous prêts à vous plonger dans la sombre Arkham de 1957 ?
Evénements
24/10/1957 Cauchemar collectif.
Evénement intermédiaire, inscriptions jusqu'au 09/06/2016 à 12h00. Vivez la plus terrible des expériences dans vos rêves, à plusieurs. Pour plus d'informations, consultez la catégorie événements !
Fièvre Jaune
LE SIGNE EST SUR VOUS

Partagez | 
 

 12/10/1957 - RP Morgan Aubrey - Le trèfle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Co-fondateur
Messages : 163
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 21
Localisation : France
avatar
Morgan Aubrey vivait dans un appartement plus ou moins entretenu, au cœur de l'ancienne Arkham, ancien pilier du quartier Sud-Est de la ville, désormais délaissé. Parfois, il faisait encore des rêves, ou des cauchemars, relatifs à la mort de sa mère et de sa sœur, bien que les années passaient.

Mais durant la nuit du 11 au 12 octobre 1957, le sommeil de l'irlandais fut terriblement bouleversé, ébranlé par des horribles visions.

Monstres difformes et tentaculaires, scènes monstrueuses, Morgan assistait dans son sommeil à la fin du monde, qui brûlait dans les flammes. Impuissant, il était également victime de murmures incessants et incompréhensibles, comme si un étranger voulait véritablement le rendre fou, ou du moins lui faire peur.

Malgré la portée beaucoup trop abusée du cauchemar, le jeune homme de vingt-huit ans y croyait dur comme fer, et ce dernier fait ne faisait qu'amplifier la mauvaise expérience.

Alors que le sol craquait sous ses pieds et qu'il commençait à tomber dans un vide hasardeux, il se réveilla d'un coup sec.
Transpirant, le cœur haletant, Morgan Aubrey n'était pas resté indifférent face au mauvais rêve qu'il venait de vivre.

Même une fois réveillé, les voix qui résonnaient dans sa tête mirent du temps à s'estomper, laissant une atmosphère effrayante au sein de l'appartement, et, une fois ses esprits plus ou moins retrouvés, le protagoniste remarqua, à la manière d'un tatouage, un signe jaune sur ses côtes droites.

Alors que Morgan restait stupéfait devant l'apparition de la marque sur son corps, un bruit se fit entendre de la salle de bain, voisine à la chambre, comme si un verre était tombé par terre.

Il sursauta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fievrejaune.jdrforum.com
Messages : 2
Date d'inscription : 30/05/2016
avatar
"- Merci ma belle, j'te rappelle plus tard."

Morgan referma la porte derrière la douce, mais non moins plantureuse, Isabelle O'Marli, prostituée locale, au sang d'Irlandais immigrés. La jeune femme, une rouquine aux tâches de rousseur nombreuses, emmitouflée sous un long manteau de fourrure de seconde-main, lui rendait souvent visite ; bien sûr, elle lui faisait toujours payer ses services, mais elle aimait la compagnie d'un enfant du pays, elle qui n'avait jamais pu partir de Boston. Aubrey lui narrait souvent sa jeunesse en Irlande du Nord, omettant de lui parler de l'I.R.A. et de ses actions contre les forces anglaises. Elle semblait apprécier, rallongeant son départ de plusieurs heures à chaque fois.

Maintenant seul, il était planté devant la petite fenêtre de sa chambre, entr'ouverte, et laissait le courant d'air balayer le parfum d'Isballe dans tout l'appartement. Une cigarette au coin des lèvres, une main fatiguée appuyée contre l'encadrement, il observait la jeune femme longer le trottoir jusqu'à ne plus entendre que l'échos de ses talons au loin dans la rue, disparue dans la brume du soir.

Près de son lit, une bouteille de whisky, vide moitié, reposait sur la table de chevet, à côté de son revolver et d'un paquet de Lucky Strike. Il l'empoigna, se rinça le gosier d'une bonne gorgée, et s'écroula sur le matelas, le regard braqué sur le plafond défraîchi. Il reposa la bouteille sur le meuble et croisa les bras sous sa nuque, se repassant les images des jambes, de la gorge, et du visage d'Isabelle, dans son esprit. Il sourit, se disant qu'elle était : "sacrément sexy !".

Au milieu de la nuit, alors qu'il était profondément ancré dans son sommeil, Morgan fut pris de violents spams nerveux ; le front couvert de sueur, libérant quelques gémissements de frayeur, il s'agita dans tous les sens jusqu'à s'écrouler au sol avant de se réveiller en sursaut. Par instinct, se sentant attaqué, il bondit sur le lit, attrapa son revolver au vol, et retomba contre le mur, la tête la première. Sonné, il resta prostré près la table basse, les jambes étalées sous la grille qui retenait le matelas du lit, tandis que la bouteille de whisky, tombée avec lui, s'était éclatée au sol, éparpillant ses éclats un peu partout, l'alcool ruisselant au sol jusqu'à toucher le corps inerte de l'Irlandais.

Ebranlé, Morgan émergea durement, une main posé sur son crâne d'où un fin filet de sang s'écoulait. Il se colla contre le mur, tenant toujours son pistolet en main, et observa d'un air livide tout autour de lui : le regard couvert d'un épais manteau noir, rendant impossible toute perception visuelle. Après un long moment d'absence, il réussit à distinguer ce qui se dessinait autour de lui. Il s'avança prudemment, ne faisant pas attention aux morceaux de verre qui lui écorchaient la plante des pieds, quand il remarqua une étrange lueur sur son corps, au niveau de ses côtes. Incrédule, il passa sa main dessus, pensant à une hallucination, mais quand la tâche se fit bien réelle, résistant même à la frénésie de la main, il s'écroula au sol, rampant de panique jusqu'au radiateur de la chambre.

Ca ne pouvait être réel, il devait être drogué. Il avait déjà entendu parler de certains composés chimiques qui pouvaient vous faire voir toutes sortes d'hallucinations, aussi réelles que le sang qui coule dans les veines. Pour ne pas devenir fou, mais surtout pour se rassurer, Morgan se releva d'un bond et se précipita jusqu'à la salle de bain. Posté devant la porte, la main libre prête à tourner la poignée, l'éclatement sec, violent, et irrationnel, d'un verre venant de la pièce le glaça de terreur. Il était seul, il le savait, Isabelle était partie, il l'avait vu s'éloigner dans la rue. Inspirant lentement, il demanda d'une voix étranglée par la peur : "Isabelle...?". Il tourna la poignée et...

  • Annexes:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-fondateur
Messages : 163
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 21
Localisation : France
avatar
« Isabelle..?»

Aucune réponse. Morgan Aubrey n'était pas rassuré mais, la main déjà posée sur la poignée, il fallait bien vérifier l'origine du bruit étrange qui après tout, n'était qu'un phénomène inconnu de plus ou de moins dans cette nuit cauchemardesque.

Alors que les voix s’effaçaient peu à peu, elles revinrent de plus belle quand le jeune irlandais partit à « l'aventure ». Il tenait fermement son revolver en main et était prêt à tirer, du moins sous le coup de la peur, de la surprise, ou simplement par instinct de survie.

Il ouvrit finalement la porte de sa salle de bain, qui était plongée dans le noir, mais une légère lueur jaunâtre illuminait très légèrement la pièce depuis l'évier. Outre cette étincelle, aucune silhouette ou défaut n'était à noter, et la panique au fond du cœur de Morgan se calma avec mesure.

Il s'approcha lentement de l'évier, toujours méfiant, et remarqua rapidement qu'il était rempli d'eau, presque à ras bord, peut-être un oubli de sa part, ou peut-être encore l'effet de la drogue, si il avait bien été dupé.

Mais peu importe, un évier rempli était loin d'être le problème le plus important, et il continua sa lente marche pour vérifier l'origine de la lumière ; Morgan se dressa sur la pointe de ses pieds afin de voir plus aisément au dessus du lavoir et il y trouva quelque chose d'étonnant.

Sur l'eau – qui était donc belle et bien réelle – il y avait un trèfle d'une couleur ambrée flottant, et émettant un halo ocré. Il attendait là, patiemment, et avait quatre folioles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fievrejaune.jdrforum.com
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
12/10/1957 - RP Morgan Aubrey - Le trèfle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HAÏTI : LES ÉLECTIONS DU 22 SEPTEMBRE 1957.
» Marie Morgane (Mary Morgan) :
» Je t'insupporte, tu m'insupportes, on s'insupporte ! (Morgan & Becky)
» navid joffroy gilmore ► joseph morgan
» Nage droit devant toi ♪ ㄨ JOSEPH MORGAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fièvre Jaune :: Le Monde :: Quartier Sud-Est :: L'ancienne Arkham-