Sous le signe jaune
top rpg
TOP 50 Rpg
Clique ici pour la musique d'ambianceOu iciDéveloppement toujours en coursRoleplay [ON] !Samedi 12 octobre - 26 octobre 1957Partenariat ouvert
A savoir
#Le forum ouvre ses portes et le Staff termine le développement ! Bon jeu à tous !
#Merci à N-U pour l'aide apportée à l'esthétique du forum.
#Membres du Staff : Isaac, Lloyd
Contexte
Arkham.
Une ville mystérieuse s'il en est.
En tout cas c'est ce que vous diront nombre d'habitants du Massachusetts qui évitent la ville et ses alentours.
Cela vient peut-être du fait que les deux institutions les plus renommées de la ville soient son asile psychiatrique et l'Université Miskatonic, dont la réputation s'est faite sur la singularité des cursus d'études proposés, comme par exemple l'étude de l'influence des sciences occultes sur le monde.
Mais si vous demandez à un habitant, il vous répondra qu'Arkham est des plus normales, et que les racontards à l'origine des rumeurs qui ternissent son image ne sont que de simples jaloux.
Enfin, c'est-ce qu'ils auraient dit jusqu'à il y a quelques jours. En effet, depuis le lancement de la mission Spoutnik 1 le 4 octobre 1957, une étrange atmosphère règne sur la ville, mais pas seulement.
Vous vous réveillez en sueur, paniqué, durant la nuit du 12 octobre 1957, votre paisible sommeil interrompu par un terrible cauchemar.
Cependant, ce dernier n'était pas comme les autres, tout semblait si réel alors qu'il y avait créatures ailées, monstres sous-marin et démons venus d'outre-monde. Mais le plus terrifiant restait cette voix d'origine inconnue, qui résonnait et résonne encore dans votre tête, elle parlait de destin funeste aux sources incompréhensibles et de magie noire. Elle murmurait, chuchotait et susurrait à votre oreille avec un ton si malsain que chaque mot provoquait inquiétude et dégoût. Les paroles abstruses mettaient en évidence quelque chose bien en particulier, un signe, un don, une marque à la couleur de l'ambre et qui, de part son illumination dorée, était capable de vous donner des pouvoirs surnaturels et de changer le monde.
A votre réveil, vous espérez que tout cela n'était que pure imagination, mais la marque constituée de trois branches distinctes était bien là, sur votre corps. Comment ? Pourquoi ? Vous ne savez pas. Mais une chose est sûre, c'est que dans Fièvre Jaune, les mystères et danger de la ville créée par Lovecraft se dresseront sur votre route.
Êtes-vous prêts à vous plonger dans la sombre Arkham de 1957 ?
Evénements
24/10/1957 Cauchemar collectif.
Evénement intermédiaire, inscriptions jusqu'au 09/06/2016 à 12h00. Vivez la plus terrible des expériences dans vos rêves, à plusieurs. Pour plus d'informations, consultez la catégorie événements !
Fièvre Jaune
LE SIGNE EST SUR VOUS

Partagez | 
 

 Morgan Aubrey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 2
Date d'inscription : 30/05/2016
avatar
MORGAN AUBREY


- -

Identité

Nom : Aubrey.
Prénom : Morgan.
Surnom : n/a
Sexe : Homme.
Âge : Vingt-huit ans.
Nationalité : Irlandais.
Profession : Détective privé (soupçonné d'être un membre de l'I.R.A.).
Lieu de résidence: Un appartement miteux, loué dans la banlieue d'Arkham.
Parenté : n/a

Description physique

Taille : Un mètre quatre-vingt.
Poids : Quatre-vingt kilos.
Couleur des cheveux : Roux auburn.
Couleur des yeux : Bleu azur.
Traits du visage : Carrés.
Emplacement du signe : Sur les côtes droites.
Autres détails : A l'épaisseur des traits de son visage, et à son nez cassé, on l'imagine aisément boxeur, ou aimant la castagne. Un trèfle à quatre feuilles est tatoué sur son avant-bras droit.

Description morale

Qualités : Téméraire - Franc - Instinctif - Discret
Défauts : Rancunier - Violent - Alcoolique - Hargneux
Connaissances générales : Homme des champs, il connait les rudiments de la vie à la campagne, la mécanique, et le tir au fusil ; il est particulièrement doué à la visée. Soupçonné d'être un révolutionnaire, on le sait malin, démagogue et populiste : ancien ouvrier, il a souvent été le compagnon de révoltés et d'insurgés.
Connaissances du Mythe : Pratiquement aucune si ce n'est des faits étranges que lui a relaté Mme Walson, la vieille dame l'ayant engagé.
Autres détails : Relativement haineux vis-à-vis de la couronne d'Angleterre.

Inventaire

Tenue(s) : Une tenue de roturier : un épais manteau en cuir, fourré avec de la laine de mouton, diverses chemises à carreaux (souvent dans les tons bordeaux, bleu marine ou vert foncé), un débardeur blanc, un treillis marron ou beige et de hautes bottes usées en cuir.
Arme(s) : Un revolver planqué sous son débardeur et un poing-américain dans la poche intérieure de son manteau.
Equipement, outils ou objets fétiches : Une balle pendue à une chaînette qu'il porte autour de son cou. Une montre volée qu'il garde dans la poche de son pantalon.
Autre(s) : Un briquet en métal, dont la face avant est gravée d'un trèfle à quatre feuilles. Un sac de voyage, semblable à ceux des GI's américains pendant la Seconde Guerre Mondiale, où il entrepose son matériel de détective : un carnet, quelques crayons, une bouteille d'alcool, un appareil photo, des pellicules de réserves, des antidépresseurs, quelques paquets de Lucky Strike, une boîte de balles,...

Histoire

Style de jeu : Horreur lovecraftienne.

Chronologie / résumé du Background :

Né dans les fins fonds de la campagne irlandaise, le jeune rouquin vécu dans les champs, où il aidait les siens à entretenir les terres familiales. En 1941, il vit son père partir pour le front, appelé comme tant d'autres par la couronne anglaise. Dès lors, âgé seulement de 12 ans, il dut s'occuper seul de sa mère et de sa jeune sœur ; sur le tard, il apprit la conduite du camion, du tracteur, le marchandage des bêtes et le troc.

A la fin de la guerre, à 16 ans passés, il partit pour Londres où, de ce que les McGorny disaient, le travail ne manquait pas. Il entreprit de partir pour la capitale, décidé à verser une rente à sa mère et sa sœur, prêt à ne vivre que de rien. Arrivé là, le jeune Morgan fut surpris de voir la ville touchée par des bombardements et à peine lancée dans des reconstructions. Il trouva rapidement un boulot en tant que manutentionnaire dans une usine d'armements, dirigée par un immigré allemand s'étant fait nationalisé anglais : Ryan Grayson.

Pendant trois ans, il y travailla d'arrache-pied, alors qu'il envoyait la majeure partie de son argent à sa famille restée au pays, vivant dans une chambre de bonne, au dernier étage d'un immeuble insalubre. Au sein de l'usine, plusieurs ouvriers se rassemblèrent pour blâmer leur mécontentement vis-à-vis du patron, M. Grayson, et c'est là que Morgan prit connaissance des Communistes, des Anarchistes et, par la bouche feutrée d'un compatriote, d'un mouvement révolutionnaire irlandais. Jusque-là, il trouvait sa vie misérable mais suffisante, tant que sa mère et sa sœur ne manquaient de rien, pensait-il.

Un matin, alors qu'il fumait tranquillement une cigarette devant l'entrée de l'usine, son chef d'équipe vint l'aborder, une lettre à la main. Sans cérémonie, presque avec dédain tant l'homme méprisait les Irlandais, il la lui donna en lui disant qu'elles étaient mortes. Désemparé, le jeune homme arracha l'enveloppe et y trouva un télégraphe lui annonçant que ses terres, suspectées de cacher des révolutionnaires, avaient été investies par la couronne et ses occupants, déclarés comme traites à la nation, avaient fini fusillés. Fou de rage, il prit la fuite, abandonnant Londres, et rentra en Irlande du Nord.

En 1950, Morgan Aubrey apparaissait pour la première fois dans la presse locale comme membre actif de l'I.R.A. et il n'eut d'autre choix que de partir pour la terre des Yankees, qu'il savait habitée d'une importante communauté irlandaise. C'est donc à l'octobre 1951 que le rouquin débarqua à Boston, dans la ville d'Arkham, où il trouva un petit boulot de mécanicien-pompiste. Il y travailla quelques années avant de se faire renvoyer pour avoir couché avec la fille du patron. Misérable, et presque à la rue, il trouva une petite annonce où Mme Walson, une Irlandaise par chance (ainsi le trèfle ne l'avait pas laissé tomber), tentait de comprendre pourquoi son époux, Guilhem Walson, avait été interné à l'asile. Elle paierait n'importe quelle somme si quiconque pouvait lui rendre justice ; Morgan alla à sa rencontre et, pris de sympathie pour cette bonne femme, se mit à travailler pour elle. Ainsi, elle l'entretenait tant qu'il ramenait quelques preuves et indices (fictifs ou non).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-fondateur
Messages : 163
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 21
Localisation : France
avatar
Fiche validée, le Staff te permet de jouer ton introduction ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fievrejaune.jdrforum.com
 
Morgan Aubrey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie Morgane (Mary Morgan) :
» Je t'insupporte, tu m'insupportes, on s'insupporte ! (Morgan & Becky)
» navid joffroy gilmore ► joseph morgan
» Nage droit devant toi ♪ ㄨ JOSEPH MORGAN
» Pour Morgan le blondasse trop bonnasse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fièvre Jaune :: Gestion des personnages :: Fiches de personnage :: Fiches validées-